Aux notes enchantées

25 mars 2020

MΩment - High Altitude

a3559079883_10

Je vous avais précédemment dit que deux artistes m'avaient motivé à reprendre mon  blog musical, le premier était  Landroid, le second est donc MΩment projet musical electro d'un mec hyper talentueux : Michaël Fristot (Melanoboy, ØBE). Décrire ce projet est quelque peu difficile car, pour moi, il est unique mais c'est également  un peu un OVNI par rapport à ce que je connais et ce que j'écoute

Après avoir sorti il y a 3 ans maintenant un premier Ep, MΩment nous revient avec un premier album "High Altitude" qui porte bien son nom, en effet c'est un album très aérien, planant. Il  faut savoir que les titres ont été composés avec improvisation en bonne partie : Michaël prépares des séquences ou des passages à jouer il enregistre tout en live. Le résultat est bluffant et ça ne se ressent pas le moindre du monde à l'écoute de l'intégralité de "High Altitude" tout s'enchaîne à la perfection, les différentes sonorités s'emêlent en totale harmonie. 

 

Avec "High Altitude" MΩment nous embarque pour un voyage d'une cinquantaine de minutes magnifiquement réparties sur 8 titres et à l'heure où tout va de plus en plus vite l'ambiance de cet album nous invite au calme mais également à la lenteur à l'image de l'excellent "Slow Dance Musique". A l'écoute de "High Altitude" la sensation de prendre de la hauteur et de déconnection est garantie ! 
Mention spéciale pour la magnifique pochette de l'album ainsi que la confection de l'album fait main par le label Choléra Cosmique (50 albums ont été édités et tous sont numérotés disponibles sur Bandcamp)

Mes titres préférés sont :  "Analogic Shades", "Slow Dance Musique" "Where Are My Shoes" et "Electronic Snoring"

 MΩment : Facebook  , Bandcamp, SpotifyYouTube

Musique : Michael Fristot
Photos : Aurore Bagarry,
Artworks : Marjorie Fristot (le bombardier)
Edition homemade Choléra Cosmique

 Un grand merci à Michaël qui, avec cet album, m'a donné l'envie de reprendre mon blog ! 


19 mars 2020

My Friend Skeleton - Irrlicht

a4097640566_16

Quasiement quatre années sans nouvelles d'un de mes groupes préférés My Friend Skeleton et c'est au moment où l'on y croyait plus, que le groupe revient avec un tout nouveau titre "Irrlicht" ! 

Irrlicht est un sublime morceau avec un changement de taille cependant, à savoir que les parties vocales masculines ne sont plus assurées par Kay Ozz Skeleton mais par Elciest Dhemis Skeleton ! J'avoue qu'à la première écoute ce changement m'a un peu destabilisé, je suis tellement fan de la voix de Kay Ozz. Mais je m'y suis rapidement fais et la voix d'Elciest passe super bien, elle apporte une touche de délicatesse en plus d'Amaya dont les deux voix s'accordent parfaitement. 

602982_10150937839417459_23442893_n

Elciest Dhemis Skeleton

Irrlicht est une sublime balade d'un peu plus 7 minutes, le style du groupe est toujours reconnaissable dès les premières notes, cette ambiance gothiquo-fantastisque envoûtante. Ce titre se place dans la parfaite continuité de "Vanitas", mélancolique et dont la mélodie reste très facilement en tête. C'est un grand plaisir pour moi d'écouter un nouveau titre de My Friend Skeleton, la magie opère toujours aussi bien.
Sachez que le prochain album du groupe sortira bien cette année et le groupe propose une chasse au trésor et chaque étape apportera une pièce d'un puzzle qui sera le nouvel album. Par contre, pour y participer c'est uniquement via smartphone et il faut passer par la page Facebook du groupe et aller sur la publication du 12 mars "Irrlicht" avec l'adresse du site internet de My Friend Skeleton ! La prochaine nouveauté est pour bientôt ;)

My Friend Skeleton : site officiel , Facebook , Bandcamp

 

665325_10151231769937459_1799167351_o

Posté par bibouille06 à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 mars 2020

Découverte coup de coeur : Landroid

64951852_1351676138316504_5551393445106417664_n

 

Après une année d'arrêt sur mon blog par manque de motivation, changement dans ma vie professionnelle / personelle sans compter l'impression souvent d'écrire des articles assez vides ou répétitifs, me voici de retour ! Deux artistes/groupe ont motivé à reprendre mon blog, deux albums sont à l'origine de ce déclic. Parce que j'ai eu deux gros coups de coeur en l'espace de 24h. Et parce que jusqu'à présent, ils sont peu ou pas relayés en France niveau médiatique. Alors, je ne prétends pas être celui qui va permettre de mettre un gros coup de projecteur sur ces  deux artistes/groupe, je n'ai pas cette prétention, je ne suis pas un influenceur mais si ça peut toucher deux ou trois personnes qui feront découvrir à d'autres personnes alors j'en serai ravi. D'ailleurs, ça a toujours été la principale motivation à tenir ce blog et ça a quelque peu fonctionné en me fiant à mes anciens commentaires et anciennes statistiques de visite.


Bref, revenons à nos moutons, aujourd'hui je vais vous parler du groupe  LANDROID qui se compose de : 

OJQgeVy8

Cooper Gillespie : chants, guitare et basse
Greg Gordon : batterie et séquences 

Les deux comparses sont des artistes chevronnés qui ont parcouru le monde en tant que musiciens professionnels. Désormais ils vivent à Landers, une ville californienne de 2632 habitants et le nom LANDROID est en référence à leur nouvelle maison qui est aussi vaste que l'environnement dans laquelle elle a été crée. Après des années à jouer des variations sur l'hybride punk et rock basé à Los Angeles Cooper et Greg se sont installés dans un pays désertique et sont devenus un groupe du désert. 

J'ai découvert Landroid  par hasard sur Instagram via une story avec un extrait de la chanson "Yellow Sea" que j'ai adoré dès la première écoute ! C'est un morceau très envoûtant, planant tout en étant percutant et qui m'a littéralement scotché. Musicalement, il y a un côté David Lynch et Twin Peaks par l'ambiance qui prend aux tripes dès les premières notes. Puis survient la sublime voix de Cooper douce et éthérée nous emportant dans ce voyage musical, dans une Ôde-Odysée à l'au-delà. Le résultat est magnifique tout comme le clip réalisé par Patrick Flaherty qui est très travaillé et soigné de par son esthétisme ainsi que son scénario avec un côté Alice aux pays des merveilles : 

  

Du coup, j'ai écouté l'album "Imperial Dunes" (en hommage à la plus grande masse de dunes de sable de Californie) qui est juste excellent s'ouvrant avec le parfait "So Say We All" un titre shoegaze avec un rythme assez lourd, une batterie bien percutante, une ligne de basse présente tout au long du morceau avec de bons solos guitares. La voix de Cooper (qui a des airs à Joan Jett dans le clip) est douce, sensuelle et en parfaite harmonie avec la musique. Le message de "So Say We All" est que la race n'existe pas, nous appartenons tous à une seule race qui est la race humaine. " So Say We All» a été écrit en réaction au climat politique actuel, où les immigrants sont diabolisés" dixit Cooper. C'est un message, qui pour moi, fait du bien à entendre et lire encore plus actuellement. 

m62zWu6M


L'album contient (à ma grande surprise) une reprise de la chanson "Ca plane pour moi" de Plastic Bertrand qui est un must ! Pour la petite anecdote, Greg travaillait à un endroit où ils passaient souvent cette chanson, ils l'ont adoré et ont décidé d'en faire une reprise réussie et Cooper s'en sort bien en chantant en français.

Avec "Imperial Dunes" Landroid nous offre un voyage planant, contemplatif oscillant entre shoegaze et dream pop que je recommande vivement de découvrir. Pour moi c'est mon meilleur coup de coeur musical et ma plus belle découverte de ce début d'année 2020. 

LANDROID : Facebook , Twitter , Instagram 

 

53110948_1273886696095449_4819931192855887872_o

16 mai 2019

RÁN -BLODBYLGJE

Blodbylgje

Bonjour tout le monde ! Après plusieurs mois d'absence pour raison professionnelle, manque de montivation et d'envie de poursuivre mon blog me voici de retour afin de vous parler de mon gros coup de coeur musical qui dure depuis sa sortie en décembre dernier : le dernier single de RÁN "BLODBYLGJE". Avant de débuter voici une petite présentation :

 RÁN est un projet musical de Kati  Rán (ex LEAF) crée en 2010, qui interprète une musique folklorique nordique enracinée dans l'histoire scandinave, utilisant des textes poétiques et historiques, ainsi qu'une instrumentation moderne et historique. RÁN a pour objectif de rétablir les liens entre les personnes et la nature et leurs racines. RÁN joue avec des instruments historiques tels que le nyckelharpa, le hammered dulcimer, la lyre de Kravik, du Kantele (instrument à cordes pincées traditionnel de Finlande) entre autre

Il y a des morceaux qui dès la première écoute, les premières secondes te transpercent en plein coeur et touchent au plus profond de ton âme et "BLODBYLGJE" en fait partie. Clairement. Avant toute chose, sachez qu'en débutant l'écoute de ce titre, vous vous préparez à un voyage musical d'un quart d'heure (15'22 pour être précis) mettant en vedette la voix du mondialement célèbre leader de Gaahls Wyrd, Gaahl, qui prend les environs riches en métaphores de l'océan à la fois comme guide thématique et sonore. A la fois inquiet et méditatif, trouvant ses traces dans des flots et flux aussi glaciaux qu'incessants, il est lé aux rythmes de l'ancien Edda et à l'essence énigmatique de son guide spirituel Blóðughadda - l'une des neuf dilles personnifiant la mer d'Ægir et Rán, censée représenter la crête rouge des "cheveux ensanglantés" des vagues *.

"BLODBYLGJE" nous saisi d'entrée de jeu par une ambiance venteuse mêlée aux craquements d'un orage et de la voix Ghaal (dont c'est un plaisir de retrouver) avec une sorte de d'écho guttural lointain se rapprochant petit à petit jusqu'à devenir une sorte de chant chamanique, donnant l'impulsion à Kati d'interpréter le premier couplet. Les voix des deux artistes se rejoingnent harmonieusement sur le deuxième couplet jusqu'au troisième couplet avec Kati à nouveau seule narrative quelques instant jusqu'à l'amorce du refrain efficace et reste facilement en tête.

47434086_124634391888327_8635719548055378196_n


Une pause s'ensuit où nous sommes plongés dans l'ambiance d'un bâteau naviguant en mer dont le bois craque puis le chant baryton de 
Ghaal revient seul, dont la voix est toujours aussi envoûtante et prenante sur ce genre de titre. Ensuite Kati reprend la main et je trouve que sur cette seconde partie du titre on entre dans une ambiance quelque peu mystique renforcée par la superposition de voix de Kati tantôt aiguës presque éthérée tantôt grave et toujours en symbiose avec celle de Ghaal . Puis pour la seconde dernière fois Kati entame le refrain et à la différence de la première fois où elle chantait a capella, apparaît un rythme de percussion et le morceau s'achève de façon magistrale avec Ghaal. 

"BLODBYLGJE" est donc un morceau coup de cœur pour moi et ce dès sa première écoute. C'est un magnifique voyage musical que nous offrent Kati Rán et Ghaal totalement dépaysant, envoûtant et qui nous saisi au plus profond de soi. 

* Merci à Sandra C. pour la traduction

Je vous laisse avec la vidéo du morceau ainsi que les paroles juste après, enjoy ! 

 

No vender eg meg til dei alle 
Kvifor hev du vekt meg 
Kvifor må eg syngja
 
Kvifor vaknar no eg 
Eg hev vakna no, eg 

Havet skal verta styrt 
av heiderlege farande 
Ei gåve for ei gåve 
Den druknar ei 
som hengjast skal 
Nettet er no vove
 
og lønene ofrast
 
Kysten skal rauda landet 
Det er fælsleg no å sjå
 
den raude skya mørknar vatne 
Hava er farga med mannablod 
Og døtrene kvad sin song 


Blodregn frå ein skya himmel 
på ei frodande bylgje 
mannvale har vorte vove 
stormdøtrene kryssar ho 
med skarlaksraud tøy 
Blodbylgje stig no 
Svelg alt til ingenting 
Blodbylgje stig no 

Skipa knusar, årene flisast 
Sjøen svelgjer, slangen slyngjer 
Lat oss heva Blodbylgja no 

La oss ri Hrönn kvelv 
La oss ri Hefring hevar 
La oss ri Bylgja bærer 
La oss ri Blóðughadda blør 
La oss ri Dúfa dundrar 
La oss ri Dröfn druknar 
La oss ri Kólga kalt og klår 
La oss ri Himinglæva lyner no 

Høgt over, djupt under Unn skummar 
Høgt over, djupt under Rán rører 
Høgt over, djupt under Rán rører 

Vi song gode sigersongar 
for alle galne kvinner
 
eit kamprop
Hyll vår song! 
Lat den som lyttar på vår blodsong 
Læra han vel og fortelja han til ingen annan 

08 décembre 2018

Sortie de 2 singles pour Noël Matteï issus de "L’Écho Des Liens Enfuis"

47432145_343832006420012_4944206947738976256_n

noel-mattei-tu-ne-m-aimes-pas-de-trop-m-aimer

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cette fin d'année, Noël Matteï nous offre la sortie d'un single "A bout pas au bout" et d'un maxi single "Tu Ne M'Aimes Pas De Trop M'Aimer" issus de l'album "L’Écho Des Liens Enfuis" qui sont tous les deux accompagnés de très beaux clips. Je dois dire que j'ai été ravi de la sortie de ces deux clips et remixs car elles font parties de mes chansons préférées de l'album de Noël

Le clip d'"A bout pas au bout" est très poétique et colle parfaitement à l'univers de Noël avec une superbe chorégraphie d'un couple de danseurs (Emmanuelle Faure et Benjamin Thomas) cristallisant parfaitement le sens de la chanson lui donnant une dimension plus forte, plus puissante avec le jeu de danse de couple oscillant entre amour puissant et la solitude de chacun malgré tout et l'effet d'être à bout. Pour ma part, c'est l'un des plus beaux titres de l'album, le duo entre Manu (ex chanteuse de Dolly)  et Noël est tout simplement parfait, on ressent la totale alchimie entre ces deux artistes , deux voix douces et envoûtantes nous saisissant au plus profond de nous le tout renforcé par un magnifique accompagnement piano donnant un résultat très émouvant et bouleversant.

 

Le second clip qui est donc "Tu ne m'aimes pas de trop m'aimer"dont le morceau est rock, très efficace restant en tête dès la première écoute et qui évoque l'amour fusionnel entre deux personnes. Le clip est filmé en live en studio par Sinh Vu Do et mélange des parties de vie et de partage entre les musiciens qui accompagnent Noël dans ses aventures musicales. C'est l'occasion de revoir Louka Luan-Rose assurant les choeurs et qui malgré son jeune âge dégage beaucoup de prestance et un certain charisme qui attendrira les plus grands mais également les plus petits. On y retrouve aussi Anne Rasquin l'ancienne guitariste d'Oxygen dont la présence m'a fait plaisir :) . Le clip s'achève sur un très bel hommage de Louka et Noël a un ami très proche disparu récemment. 


Les deux singles contiennent également une carte blanche-remix que Noël Matteï a laissé à des artistes indés dont il aime l'univers à savoir :  WayneFergusHenri Graetz, Xavier Gazon, Vinaya, Projet Sorbonne et Manu. Habituellement j'ai du mal avec les remixs mais ceux-là passent parfaitement bien, j'ai eu une grosse préférence pour les remixs de :
- Wayne dont j'ai trouvé la version de "Tu ne m'aimes pas de trop m'aimer" très originale et "décalée" je n'en dis pas trop afin de vous laisser la surprise de découvrir

- Projet Sorbonne du même titre que j'ai trouvé vraiment top et fun 

- Manu aux styles totalement différents que ce soit sur "A bout, pas au bout" et "Tu ne m'aimes pas de trop m'aimer" puisqu'elle a remixé le second et arrangé / réalisé le premier dans sa version originale

Bref, deux très beaux singles pour cette fin d'année qui donnent envie de se plonger à nouveau dans "L’Écho Des Liens Enfuis" ou de le découvrir si ce n'est pas encore fait ! 

 

47316063_1786579818135085_304151064003739648_n